Pourquoi ne faut-il pas prendre en photo son billet d’avion ?

S’il y a bien une chose à ne pas faire lorsqu’on voyage en avion, c’est de prendre en photo son billet et de poster le cliché sur internet. Voici pourquoi.

Pécher par vantardise

Vous partez à Acapulco et vous voulez vous en vanter auprès de vos amis, ou sur votre compte Instagram en postant la photo de votre billet ? Très mauvaise idée.
Deux chercheurs en cybersécurité ont révélé que le cliché contient de précieuses informations. Karsten Nohl et Nemanja Nikodijevic, c’est leur nom, ont expliqué à l'occasion d’une conférence sur le hacking, "Chaos Communication Congress", qui a lieu tous les ans en Allemagne, qu’une photo de ce type peut nuire au plus haut point.

Le risque se trouve dans les informations lisibles sur le ticket. Celui-ci contient en effet le nom ainsi que le code de réservation à 6 caractères. Ces deux seules infos permettent de modifier le dossier d’information sur la réservation du vol. 

Le "hack" s’effectue dans le système informatique gérant les réservations de billets d'avion, le Global Distribution Systems (GDS). Ces logiciels contiennent une base de données, le Passenger Name Records, pile ce dont les pirates ont besoin. Nom, prénom, adresse mail, numéro de téléphone, programme de fidélité, parfois même la carte bancaire... Tout y est accessible.

Un jeu d’enfant pour les hackers

Grâce à toutes ces données, la personne malhonnête peut très facilement accéder au dossier de réservation en se connectant sur le site de la compagnie aérienne. Il peut même trouver le numéro de la réservation s’il ne l’a pas déjà, en un clic, grâce à un logiciel qui permet d’essayer une infinité de combinaisons.  

Ensuite, il a tranquillement accès à l’ensemble du compte. Il peut ainsi voir le vol, voir les prochains, les supprimer, remplacer le numéro de fidélité… Ou encore changer votre mot de passe. Les deux chercheurs demandent aux compagnies d’ajouter un mot de passe pour accéder au GDS, afin de réduire les fraudes. En attendant, mettez plutôt une photo de la plage d’Acapulco une fois arrivé.

LES MOTS CLÉS: voyageavion