La National Gallery à Londres, maison de la peinture européenne

La National Gallery qu’on peut traduire en français par Galerie nationale, est l’un des musées londoniens les plus importants. Placé juste à côté de la National Portrait Gallery, il contient des œuvres de tous les styles datant pour certaines des années 1250. Néanmoins, les peintures de sa collection s’arrêtent au début du XXème siècle. En effet, les plus récentes ont été déplacées au Tate Modern. Située à Trafalgar Square, la National Gallery est un musée où beaucoup de monde passe, puisqu’il y accueille en moyenne, cinq millions de visiteurs par an.


L'intérieur de l'établissement © Wikipedia 

Tout commença avec 38 tableaux

Fondée en 1824 et achevée en 1838, la National Gallery ne connut pas les mêmes débuts que le Louvre à Paris ou le Prado à Madrid. De fait, la collection ne fut pas fondée par la nationalisation d'œuvres d'art appartenant à la famille royale, ou à des nobles, comme pour beaucoup d’autres établissements. La création de la Gallery commença avec l'achat de 38 peintures au banquier John Julius Angerstein en 1824. Elle fut ensuite développée par Sir Charles Lock Eastlake. Par la suite, les collections furent enrichies par des donataires privés pour les deux tiers des œuvres.


Les tableaux sont déplacés du musée pendant la Seconde Guerre mondiale © Wikipedia 

Au début du XXème siècle, le musée commença à recevoir de plus en plus d’œuvres, mais surtout, il acheta ses premiers tableaux. La première acquisition de la National Gallery, sans qu’elle vienne d’un particulier, fut le tableau de Velázquez, Vénus à son miroir, en 1906, rapidement suivi par le portrait de Christina du Danemark d’Holbein en 1909. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les tableaux furent déplacés pour la plupart vers le Pays de Galles, sous l’impulsion de Winston Churchill, qui ne voulait pas qu’ils soient envoyés au Canada comme de nombreuses personnes le préconisaient.

L’après-guerre et le succès du musée

Bien que les prix des tableaux augmentèrent considérablement, la National Gallery continua ses acquisitions grâce notamment aux subventions publiques. Pour souligner l’inflation du prix des œuvres, un tableau de Guercino de la collection de Denis Mahon que le musée avait acheté en 1945 pour 200 livres, fut estimé 2003 à quatre millions de livres. Depuis les années 2000, le musée a continué d’acquérir des pièces exceptionnelles telles que le La Viège aux œillets de Raphael, acheté en 2004, ou le Diana et Actaeon de Titien en 2008. Cette expansion de la collection a logiquement contribué à augmenter la renommée de la National Gallery.


Diana et Actaeon l'un des tableaux récemment acquis par le musée © Wikipedia 

L’établissement conserve en son intérieur quelques-uns des plus beaux tableaux du monde. On peut y admirer quelques œuvres nationales de William Turner, John Constable ou encore Thomas Gainsborough, bien que l'essentiel de la collection soit constitué de tableaux étrangers qui recouvrent toute l'histoire de l'art du Moyen Âge à la fin du XIXème siècle. Les pièces maîtresses viennent d’artistes comme Edouard Manet, Lorenzo Lotto, Raphaël, Paul Véronèse ou encore Leonard de Vinci.

La collection de 2 300 peintures, datant du Moyen Âge à la fin du XIXème siècle, appartient au domaine public britannique et l'accès à la collection principale est gratuit. Seules les expositions temporaires sont soumises à un prix d'entrée. La Gallery est un organisme public non-départemental. Comme le disait Agar Ellis, l’un des administrateurs de la Gallery à l’époque, elle est "un lieu de passage incontournable de Londres".


Vénus à son miroir, la première acquisition de la National Gallery © Wikipedia 

 

The National Gallery

Adresse : Trafalgar Square, Londres WC2N 5DN, Royaume-Uni

Téléphone : +44  20 7747 2885

Accès : métro Bakerloo et Nothern, station Charing Cross Underground Station

Horaires : ouvert tous les jours de 10h00 à 18h00 et jusqu’à 21h00 le vendredi

Tarif : gratuit